Emmanuel Rossfelder

Emmanuel Rossfelder

A trois ans ses parents lui offrent une petite guitare en plastique qu’il met vite au rebut, plus attiré par la guitare « sèche » de sa mère, elle-même musicienne.

 

Dès l’âge de cinq ans il débute la guitare classique, instrument qu’il dira plus tard avoir choisi pour ses courbes et sa sonorité. Ses parents entretiennent son goût pour la musique et l’encouragent sans relâche dans les cours de guitare qu’il suit. Son étonnante facilité, sa motivation, son caractère enjoué et communicatif le conduisent rapidement devant le public.

 

A 14 ans, après avoir obtenu la Médaille d’or à l'unanimité avec les félicitations du jury au Conservatoire National d’Aix en Provence dans la classe de Bertrand Thomas, il devient le plus jeune guitariste jamais admis dans la classe d’Alexandre Lagoya au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Dès lors une relation privilégiée s’instaure entre le Maître et l’élève. Il voue une admiration sans borne à son professeur qui en retour lui prodigue un enseignement fondé sur une technique spécifique de la main droite qu’il avait élaboré avec Ida Presti.

 

En 1991 et 1992, il obtient deux premiers prix à l’unanimité au CNSM de Paris (guitare et musique de chambre)

 

« Emmanuel offre à la guitare une sonorité puissante, de la virtuosité, de l’émotion et une fantaisie qui font déjà de lui un grand artiste." (Alexandre LAGOYA)

 

Il se présente alors à des concours internationaux et reçoit de nombreux prix : Prix Pierre Salvi remis par le Ministre Français de la Culture (FMAJI), Masters de la guitare de Paris, Stotsenberg (Etats Unis), Walcourt (Belgique), Benicasim (Espagne), Vina del Mar (Chili) ... Mais son bonheur n’est complet que devant le public auquel il fait découvrir toutes les possibilités de la guitare.

 

Il se produit sur les grandes scènes françaises et étrangères : Folle Journée de Nantes, Opéra d’Avignon, de Vichy, de Strasbourg, salle Gaveau et salle Cortot à Paris, Festivals d’Auvers sur Oise, de Berlioz, de La Chaise Dieu, de la Vézère, du Jeune Soliste, de Sully sur Loire, aux Flâneries Musicales de Reims, à Boston, New York, Philadelphie, Los Angeles Il joue également en soliste avec de grands orchestres : Orchestre Philharmonique de Radio-France, de Cannes, de Nice, d’Auvergne, de Perrugia, de la Scala de Milan, le Landmarks Boston Orchestra, le Baltic Chamber Orchestra... Et sous la direction de chefs prestigieux : Roberto Benzi, Philippe Bender, Jànos Fürst, Charles Ansbacher, Stanislas Lefort...

 

Concertiste reconnu, il est en 1998 lauréat de la Fondation d’Entreprise Groupe Banque Populaire. « Découverte Classica » en 2001, « Révélation Classique » par l’ADAMI en 2002, il est « Victoire de la Musique Classique » en 2004 (catégorie Révélation Soliste Instrumental de l’année). Emmanuel Rossfelder a enregistré 4 CDs en solo et un DVD. La sortie de son denier disque consacré au Concerto d’Aranjuez ainsi qu’à la Fantaisie pour un Gentilhomme de Joaquin Rodrigo avec l’Orchestre d’Auvergne sous la direction d’Arie Van Beek marquera ses 20 ans de carrière.